Centre d’Appui aux Services de Médiation de Dettes
de la Région de Bruxelles-Capitale

Formations

imprimer

Comment aider et travailler au mieux avec les personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale dans le cadre d’une médiation de dettes ? (3 demi-journées)

Comme dans tous les secteurs, les médiateurs de dettes doivent faire face à la complexification des situations vécues par le public et peuvent se sentir particulièrement démunis face aux problématiques de santé mentale.

Parmi les difficultés rencontrées, on citera :

  • les difficultés de compréhension de la personne par rapport à ce que peut faire le médiateur de dettes, difficultés à communiquer, à mettre des choses en place (faire le budget, venir au rendez-vous, …) ;
  • le manque de confiance par rapport au médiateur (avec consultations de plusieurs centres, nécessité de donner des justifications incessantes) ;
  • l’absence de suivi psychologique, le refus d’entamer une thérapie, le déni ; (symptômes envahissants qui mettent en péril la médiation (angoisse, peur) ;
  • les angoisses de la personne impossibles à calmer ;
  • les coups de fil incessants ;
  • l’alcool, la drogue, les jeux de hasard : les personnes viennent sous influence aux rdv, préfèrent consommer que payer leurs dettes ;
  • l’agressivité des personnes (insécurité du médiateur) ;
  • l’incompréhension de certains tiers qui interviennent dans la médiation de dettes (médiateurs judiciaires par exemple) face à la maladie mentale ;
  • la question du secret professionnel par rapport au thérapeute ;
  • (…)

Afin de vous outiller pour accompagner au mieux les personnes en souffrance psychique, nous vous proposons une formation, donnée en binôme par une assistante sociale et un psychologue autour de cette question délicate que sont les problèmes de santé mentale dont souffrent certains bénéficiaires.

Cette formation est « découpée » en trois modules, qui correspondent à trois demi-journées de 4 heures

Module 1 (4h) : « Comment travailler avec un public qui cumule problèmes de précarité et de santé mentale ? »

Le blocage dans l’accompagnement attendu, la non-reconnaissance de la maladie mentale ainsi que le refus d’aide amènent souvent à des situations d’impasses difficiles à démêler. Dès lors, comment travailler avec un public qui cumule problèmes de précarité et de santé mentale ? Quelles sont les difficultés et les limites dans l’accompagnement social ? Comment accueillir la non-demande d’aide ? Qu’entendons-nous par « maladie mentale » ? Quel réseau mobiliser autour des difficultés de la personne ?

Module 2 (4h) : « Assuétudes » et médiation/ agressivité et médiation
« Assuétude » :

Le travail avec des usagers de drogues pose de nombreuses questions aux intervenants. Ce module a pour objectif de mieux connaître les produits, les modes de consommation, les effets, et d’aborder des notions telles que la dépendance, la tolérance, la dangerosité.

« Agressivité » : dans le travail social, il est désormais commun de « faire avec » une certaine forme d’agressivité. La répétition de celle-ci, ou ses formes les plus graves, peuvent toutefois générer de l’insécurité pour les professionnels et des situations d’exclusion pour les bénéficiaires. Quelles pratiques les travailleurs ou les services peuvent-ils mettre en place ?

Module 3 (4h) : « Travail social et public complexe : quelles pratiques mettre en œuvre ? »

Face à la complexité des problématiques rencontrées par le public, la prise en charge réclame un travail de réseau, ce qui pose des questions quant au respect du secret professionnel. En outre, cette complexité peut aussi amener le professionnel à se sentir démuni ou débordé. Que communiquer et à qui ? Comment travailler avec quelqu’un qui ne parvient pas à s’inscrire dans un accompagnement dans la durée ? Comment se protéger émotionnellement face aux situations lourdes ? Ce module proposera de « coconstruire » des pratiques répondant à ces difficultés.

Bulletin d’inscription formations 2018-2019 FR
Conditions générales
Date(s)
  • 26 mars 2019
  • 29 mars 2019
  • 4 avril 2019
Horaire

* Module 1 : 9h à 13h
* Module 2 : 9h à 13h
* Module 3 : 9h à 13h

Nombre max de participants

15

Prix

Voir bulletin d’inscription

Formateurs ou intervenants

Mahé AJA, psychologue et Muriel Allart, assistante sociale et coordinatrice du projet « housingfirst » du SMES -B

Lieu

Centre d’appui : Boulevard du Jubilé 155 à 1080 Bruxelles

Inscription

Vous pouvez vous inscrire :

Les formations organisées grâce au soutien de la Cocom et de la Cocof sont destinées en priorité aux services agréés ou en voie d’agrément. Le nombre de participants étant limité, les inscriptions seront enregistrées dans l’ordre chronologique de réception au Centre d’Appui.

Les places laissées vacantes par les services agréés seront ensuite attribuées à toute personne intéressée en fonction de sa date d’inscription.

Agenda

mars 2019 :

février 2019 | avril 2019

  • Evenement CAMD
  • Evenement partenaire
  • Formation

Newsletter